Réflexion

Développer ses croyances

Nous avons tous, à un moment ou un autre de notre journée, besoin de nous rassurer par des signes ou des mises en scènes que nous organisons consciemment.

Qui n’a pas évité de passer sous une échelle par crainte de voir le malheur lui fondre dessus ? Qui, enfant, n’a pas pensé : “Si je croise 3 voitures rouges avant d’arriver à l’école, j’aurai une bonne note à mon contrôle” ? ou bien : “Si je réussis à l’examen du code de la route, j’irai bruler un cierge à l’église” ?

Nous avons la capacité de développer des croyances:

Hé oui ! On s’accroche à des croyances pour se rassurer et en espérant que cette croyance sera assez puissante pour nous éviter le pire. Ainsi, on sera plus prudent (ou parano.) si on croise un chat noir dans la rue… Cela porte malheur. Mais on déploiera la plus grande énergie pour trouver un morceau de bois à toucher, qui est l’antidote à ce malheur (“Je touche du bois”). Etc. …

C’est ce que l’on appelle des superstitions.
On pense qu’une partie de notre vie est décidée, non pas par nous, mais par une force que l’on ne voit pas, qui n’existe pas. Cette force, on la nomme le hasard, la chance, sa bonne étoile, la magie (?) … Pensez-vous vraiment qu’une telle force existe ? Que l’on peut confier le succès d’une action à une force que l’on ne voit pas, que personne n’a jamais vu ?

Ces raisonnements me semblent dépourvus de contenu moral et d’estime de soi.
En créant cette image virtuelle de chance ou de hasard, on entérine le fait qu’on ne se sent pas capable de réussir l’action en question.

Ces croyances-là nous rassurent :

Pourtant ce rituel que l’on sait illogique apaise l’angoisse en donnant l’impression de contrôler le réel.
Rien à voir avec une protection surnaturelle, il suffit de mettre en scène un scénario de providence, de croiser les doigts ou toucher du bois pour se sentir protégé.
Ces croyances illogiques n’agissent pas sur le réel, mais influencent notre représentation du réel. Il suffit d’établir, dans notre esprit, une causalité claire : “En ne passant pas sous une échelle, j’évite le malheur … J’ai fait ce qu’il faut, je contrôle la situation réelle”.
Cette illusion explicative est efficace, parce que l’être humain est doué pour se soumettre aux représentations qu’il invente.

Observez le comportement des sportifs avant un match ou une épreuve.
Nombre d’entre eux embrassent une médaille, remettent le maillot qu’ils portaient lors du dernier match qu’ils ont gagné, embrassent le gazon du terrain ou adoptent une gestuelle irrationnelle afin d’alimenter leur croyance dans la chance … Ils avouent souvent que ces scénarios “magiques” les apaisent ou leur donnent la confiance en eux dont ils manquent.

Il est rare qu’un soldat partant sur le terrain des opérations le fasse sans un objet “sacré” pour lui, un porte bonheur. Souvent, cet objet est considéré comme sacré pour lui parce qu’il lui a été donné par une personne qui lui est chère. Et lorsqu’il revient sans avoir été blessé, il croit fermement que c’est la présence de cet objet qui lui a été bénéfique.

Ces croyances n’empêchent pas de donner le meilleur de soi-même :

Alors, même si ces croyances sont illogiques, compte-tenu du réconfort qu’elles nous apportent, de l’assurance qu’elles nous donnent, je crois qu’il n’y a pas vraiment de mal à y adhérer.
Elles forment ce que l’on pourrait appeler des “réalités imaginaires”. Elles existent, mais dans notre imagination seulement. On a le sentiment qu’elles sont réelles, mais elles n’existent que pour nous, et c’est bien ainsi.

Cependant, je mets en garde ceux qui s’en remettent trop souvent à ce hasard ou à cette chance que caractérisent ces signes. Les résultats qu’ils obtiennent sont dus à l’énergie et l’intelligence qu’ils mettent dans les actions pour faire en sorte de réussir.

Mon conseil : Dans toute situation, faites du mieux que vous pouvez, sincèrement, avec la plus grande honnêteté et la dernière des énergies, et vous réussirez, avec ou sans cette part de chance à laquelle vous croyez ou pas . C’est vous qui décidez de réussir. Pas le hasard ou la chance !!!

43 / 54